Les chèvres naines

Famille :

Caprinidés

Taille :

de 40 à 50 cm au garrot

Poids :

de 15 à 30 kg pour le bouc et de 12 à 20 kg pour la chèvre

Gestation :

5 mois

Sevrage :

3 mois

Durée de vie :

environ 14 ans

Robe :

couleurs variées (chamoisées, noires, bicolores)

 



Description générale

La chèvre descend tout droit de ses cousins le bouquetin et le chamois dont elle a hérité de la spectaculaire agilité. Ce n’est qu’au début du XXe siècle que l’on commence, suite au succès grandissant que connaît la chèvre en France (tant comme laitière dans les fermes que comme animal d’ornement) à différencier les standards, qui évolueront ensuite en différentes races (plus de 200 actuellement). Les plus connues en laitières sont l’Alpine et la Saanen . Dans sa version plus familiale, la chèvre naine, toujours issue de croisements entre les plus petits sujets, connaît un essor particulier car elle est plus rustique et donc plus facile d’entretien que la laitière qui fait 2 à 3 fois sa taille! Elle nous vient tout droit du Sénégal et du Tibet. En effet, les conditions de vies difficiles sur ces contrées (climats hostiles, nourriture rare) ont influencé sa petite taille et sa rusticité.

Il y a plusieurs dénominations, comme la toy ou mini-naine, par exemple, qui n’est autre qu’une "petite naine" (35/40 cm au garrot environ), la naine (40/60cm environ), et la demi-naine (plus de 60cm) qui serait alors le résultat d’un croisement entre une chèvre de taille normale et d’un bouc nain.

Parfois, certaines chèvres ont comme deux petites clochettes de peaux sous le cou, c’est ce que l’on appelle les "pampilles" ou encore les "pendeloques" et n’ont aucune utilité particulière si ce n’est la décoration. Les chèvres qui n’ont pas de cornes sont dites "mottes".

C’est un animal intrépide, cabochard et surtout très attachant. Très gourmande, elle viendra toujours vous réclamer un morceau de pain et quelques caresses. Bouc et chèvre sont aussi sympa l’un que l’autre, si vous choisissez un bouc non castré, il pourra émettre une subtile odeur qui ne sera pas au goût de tous aux périodes de rut (chaleurs des femelles). Si cela vous gêne ou encore votre voisinage (comme cela peut arriver parfois !!), la castration chirurgicale (faite par un vétérinaire compétent bien entendu) est très efficace et peu onéreuse. L'odeur du bouc non castré ne provient pas de son urine, comme on serait tenter de croire, mais de 2 glandes situées entre les cornes.

Sachez que si vous prenez un couple chez vous, vous aurez deux portées par an (de 1 à 3 chevreaux à chaque fois). Si vous avez trois chevreaux, il faudra compléter avec des biberons de lait spécial car la mère n’aura pas assez de lait pour nourrir les trois petits convenablement. Les mises bas se passent en général très bien. Veillez cependant à ce que le bouc ne soit pas plus gros que la chèvre, ce qui pourrait engendrer des difficultés à la naissance. Une chèvre naine s’apprivoise très bien avec du temps (ne jamais leur forcer la main), de la patience, de la confiance et surtout des friandises !!

Comme tous les animaux de compagnie, la chèvre naine n’est ni un jouet ni une peluche que l’on offre en cadeau et que l’on oublie au fond du pré une fois qu’on en a fait le tour !!

Alimentation

La chèvre est un ruminant (son estomac comporte plusieurs poches, quatre pour être précis). Régulièrement, elle "rumine" les aliments : ils remontent alors dans sa bouche pour être mastiqués de nouveau. Son alimentation se constitue principalement d’herbe. En hiver, il faudra lui distribuer du foin. On peut également leur donner des céréales en complément (orge, maïs, éviter à tout prix le blé) mais seulement en très petite quantité (50/100g par jour), des légumes et des fruits sans moisissures (épluchures, morceaux…). Ne pas oublier une pierre à sel pour les minéraux. Du pain dur peut être distribué en extra seulement, car un excès de céréales peut causer des troubles intestinaux de première gravité. Et bien sûr de l’eau propre et potable à volonté, car la chèvre ne boira pas dans un abreuvoir sale ! Et Oui, Biquette a ses petites habitudes !!

Habitat et Vie sociale

Prévoyez une surface optimale d’environ 700m2 par chèvre, afin qu’elle puisse se nourrir convenablement. N’imaginez même pas pouvoir mettre vos biquettes dans votre jardin si vous avez des fleurs et arbustes car elles mangent TOUT !! De plus certains massifs peuvent être nocifs pour elles, même si en règle générale elles savent identifier ce qui leur est mauvais. En effet, la chèvre est assez capricieuse dans ses choix de nourriture. Si vous souhaitez acquérir des chèvres comme tondeuse écologique, préférez-leur le mouton, beaucoup moins intelligent et sociable mais tellement plus efficace !! Préférez donc un espace qui leur soit réservé.

Par ailleurs, on n’attache pas vulgairement une chèvre à un arbre sans surveillance sous risque de la retrouver étranglée ou bien attaquée par des chiens !! En ce qui concerne l’enclos, la chèvre est très vulnérable face aux attaques de chiens errants. Si vous souhaitez acquérir des chèvres naines, veillez à ce que votre clôture à mouton (mailles resserrées en bas sinon les chèvres peuvent passer à travers) soit suffisamment haute (1,10m) et surtout doublée d’un fil électrique, cela suffira à repousser les éventuels prédateurs ou même les passants malveillants et c’est dire s’ils existent !!

Soins

Tout comme ses autres congénères, la chèvre naine est victime d’infestations parasitaires qui sont bien trop souvent négligées. Ce n’est pas parce que votre chèvre vous semble aller bien qu’elle n’a pas de vers. Les chèvres ont toutes des vers, les principaux sont :

  • les vers ronds gastro-intestinaux (sangsues virulentes qui sucent le sang de l’estomac, à l’origine de nombreuses infections),
  • les vers plats,
  • les strongles pulmonaires (petits strongles et grands strongles qui s’installent dans les poumons et peuvent causer des troubles respiratoires).


Si vous constatez les symptômes suivants sur votre animal : poil terne, amaigrissement, perte d’énergie, diarrhées, c’est qu’il souffre de "parasitose" et qu’il faut agir de toute urgence car trop de parasites peuvent causer la mort de l’animal. Mes chèvres sont vermifugées 2 à 3 fois par an (printemps / été / automne) avec un vermifuge adapté au poids et aux vers à traiter (la substance active préconisée est le fenbendazole, voir avec votre vétérinaire pour les marques et surtout les doses à administrer). Plus vous avez un nombre élevé d’animaux, plus il faudra accroître votre vigilance face aux infestations.

D’autre part, la chèvre possède des onglons (sabots) dont la corne pousse continuellement. Il vous faudra surveiller ses onglons et les tailler si nécessaire afin d'éviter qu'ils ne poussent vers l’intérieur du pied ce qui causerait :

  • des blessures,
  • des conditions idéales pour le développement du piétin (maladie infectieuse du pied très contagieuse).


La chèvre est également une proie facile pour les puces, tiques et poux. Il est donc nécessaire pour son bien-être de traiter la chèvre 2 fois par an avec un anti-parasitaire (souvent en spray) là encore, votre vétérinaire saura vous conseiller dans le choix du produit à utiliser.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×